Débouchés

QUELS DEBOUCHES ?

Vous êtes en quête d’études trèDSCF5006s professionnalisées ? Après l’Institut Saint-Pie X, toute une palette de formations et d’écoles s’offre à vous. Avec des points communs à toutes : sélection sévère, objectifs précis, débouchés ciblés.

Les licences littéraires présentent un profil recherché et estimé dans le domaine des Ressources Humaines, de la gestion, ou dans le secteur du commerce et des finances, pour les qualités d’analyse et de réflexion développées. Une partie notable des diplômés des écoles de commerce sont issus de licences littéraires. En définitive, hormis le secteur des ingénieurs, tous les autres domaines de l’entreprise sont accessibles aux littéraires (finances, gestion, commerce, marketing, ressources humaines).

Les études d’Histoire facilitent l’entrée dans les métiers de la documentation et des bibliothèques, du journalisme et les métiers du livre ou du patrimoine.

Par les aptitudes de réflexion et de rigueur intellectuelles qu’elle développe, une formation en Philosophie offre un véritable atout que l’on peut associer à un éventail très varié de compétences, telles que l’informatique, le droit, les sciences économiques, le marketing, la communication, les ressources humaines, la psychologie…

La capacité d’analyse et d’expression développée par l’étude des langues, littératures et civilisations prépare tout naturellement l’étudiant à intégrer les métiers du journalisme, de l’édition.

Avec une licence ou un master, des écoles de haut niveau et des instituts de formation vous sont ouverts, dans tous les domaines :

Les écoles

Avec une Licence, des écoles de haut niveau et des Instituts de formation sont ouverts, dans tous les domaines :     

  • Les écoles d’histoire de l’art, de management culturel et de gestion de l’art.  Il existe de nombreuses écoles privées qui proposent des diplômes en gestion de l’art et management culturel.
  • Les grandes écoles de journalisme et de communication (le CFJ, l’École Supérieure de journalisme de Lille, le CELSA, l’Institut pratique de journalisme, etc.).
  • Les écoles de commerce (des concours sont destinés aux littéraires qui peuvent ainsi entrer en deuxième année d’école de commerce – niveau Bac + 3 – sans passer par les écoles préparatoires et la première année).
  • L’école des Chartes.
  • Les écoles de Ressources humaines.
  • Les écoles sur l’aménagement du territoire.
  • Les écoles et Instituts de bibliothécaire et de documentaliste (I’INTD, l’ENSSIB…) après un Master.
  • Les Instituts d’Etudes Politiques.

Cet ensemble de formations peut alors conduire à des professions très variées : formation, journalisme, édition, documentation, communication, marketing, gestion des ressources humaines, culture, multimédia, etc.

Cela peut mener au métier d’assistant d’édition, de publicité, attaché de presse, chargé de communication, écrivain indépendant ou public, rédacteur, conservateur de musées, responsable des ressources humaines, graphiste.

La Fonction publique

Un secteur pour de nombreux littéraires. L’accès, sur concours, rappelle que les places y sont chères. Il existe une extraordinaire variété de métiers dans les multiples « corps » (plus d’un millier) de la fonction publique. Attaché, administrateur, ingénieur d’études, chargé d’études documentaires… Vous pouvez également devenir attaché de préfecture, commissaire de police, inspecteur de la Jeunesse et des Sports, psychologue de la protection judiciaire de la jeunesse, Ingénieur d’études ou de recherche, etc. Sans oublier, bien sûr, les concours de l’Enseignement ou de l’Armée (le concours littéraire d’entrée à l’ESM de Saint-Cyr, par exemple, peut être tenté après une licence). Une préparation sérieuse est nécessaire pour acquérir une méthodologie propre aux concours.

Les IPAG (Instituts de préparation à l’administration générale) accueillent les étudiants titulaires d’une licence pour les mettre à niveau dans des matières comme le droit, l’économie, les finances… Des centres de préparation existent également pour les concours spécifiques (par exemple, l’École du Louvre prépare au concours du patrimoine). Pour tout concours sur épreuves, on retrouve traditionnellement une composition de culture générale, une composition sur une spécialisation, un résumé de texte, une note de synthèse (traiter un sujet imposé, à partir d’un dossier de 20 pages environ), d’autres épreuves plus techniques (exemple notions d’architecture pour un concours de conservateur des musées). Si l’on est admissible, on passe ensuite un oral sur les matières traitées à l’écrit et/ou un entretien avec le jury.